Le niveau d'exigence du C2i2e

L’arrêté du 14 décembre 2010 donne un cadre aux exigences relatives à l’évaluation du C2i2e. 

Il indique dans l’annexe 2 :

Cette certification repose sur la validation de compétences attestant de la maîtrise effective de gestes professionnels accomplis en situations concrètes. Parmi celles-ci, doit figurer au moins une situation réelle d'enseignement ou de formation en face-à-face mise en œuvre par le candidat.

Ainsi, afin d’évaluer les compétences des étudiants, il est nécessaire de se mettre dans une posture d’analyse de situations professionnelles.  Il convient donc de passer de la question « comment évaluer telle compétence ? » à un questionnement « situé » :

  • Dans telle situation, comment puis-je identifier les compétences mobilisées (le référentiel doit me servir de guide) ?
  • Comment apprécier leur degré de mobilisation ?
  • Quels sont les éléments qui permettent de formuler un jugement sur cette mobilisation ?

Le contexte général de la mobilisation des compétences est  également un élément important pour préciser le niveau d’exigence. En effet, dans le cadre de la formation initiale, s’il convient d’admettre que ces compétences ne sont pas toujours totalement maitrisées, il est nécessaire de s’assurer qu’elles se situent dans une perspective positive d’acquisition.

Dans cette démarche, il faut insister sur la notion d'équipe de formateurs. Les situations professionnelles et de formation sont complexes : des acteurs multiples participent (ou devraient participer) à la formation et à l’évaluation des compétences C2i2e et il est nécessaire de croiser ces différents regards. La dimension collective de l’évaluation est à prendre en compte : chacun doit être explicite en énonçant les éléments sur lesquels il s’appuie pour évaluer, afin de favoriser le dialogue avec ses pairs.

Cette approche par l'analyse de situations dans une perspective évaluative peut constituer une démarche de formation de formateurs. Elle consisterait à demander aux formateurs d’analyser des situations, présentées selon un cadre déterminé, ou de produire eux-mêmes de telles situations, selon le questionnement précédent pour élaborer des réponses possibles, confronter des points de vue et favoriser le transfert à d’autres contextes. Il s’agirait de mettre les enseignants évaluateurs en posture de questionnement et de construction de réponses possibles pour développer ces compétences professionnelles évaluatives. De telles formations devraient également viser à travailler les compétences évaluatives de l’équipe et pas seulement celles de l’enseignant.

Les deux documents d’accompagnement du C2i2e doivent permettre de mieux cerner les exigences pour la certification C2i2e et trouver des pistes pour développer des démarches de formation à l’évaluation de ces compétences.

 

Téléchargez les documents d'accompagnement