Les compétences numériques sont aujourd’hui essentielles à chaque citoyen et plus particulièrement dans le milieu professionnel, quels que soient son poste et sa fonction. C’est pourquoi le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a inscrit la formation aux compétences et enjeux du numérique dans la loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche et propose depuis 2002 à tous les étudiants et aux stagiaires en formation continue, le C2i, certificat informatique et internet.

2 niveaux et 6 spécialités

Le C2i est organisé en 2 niveaux et 6 spécialités professionnelles.

Le niveau 1 est généraliste. C’est un certificat qui couvre un éventail de compétences très large, valorisable tant dans la vie de citoyen qu’en situation professionnelle ou dans une perspective de formation tout au long de la vie.

Le niveau 2 met l’accent sur les usages professionnels du numérique. Certaines spécialités sont en lien avec un secteur d’activité : « enseignant » (C2i2e), « métiers du droit » (C2i2md), « métiers de la santé » (C2i2ms), « métiers de l’ingénieur » (C2i2mi), « métiers de l’environnement et de l’aménagement durables » (C2i2mead). La spécialité « fonctions d’organisation et de communication » (C2i2forcom) a une valeur plus polyvalente, car elle cible non pas des métiers, mais des fonctions que les cadres peuvent assurer au sein de l’organisation qui les emploie.

Au-delà de la simple maîtrise des outils bureautiques

À la différence de certaines certifications qui évaluent essentiellement des aptitudes limitées à l’usage de logiciels, le C2i atteste de la maitrise de compétences numériques, c'est-à-dire de la capacité à mobiliser les technologies numériques pour réaliser efficacement une tâche dans une situation donnée. Elles garantissent un usage raisonné, sûr et critique des technologies. Au-delà de la seule pratique d’outils, le C2i intègre donc les dimensions éthiques, légales et de bon usage des technologies et, de façon générale, les éléments de culture numérique et de méthode associés à ces usages.

Par exemple, un détenteur du C2i, saura :

  • éviter les maladresses ou infractions couramment rencontrées en matière de respect des données personnelles ou du droit d’auteur
  • tirer parti efficacement des outils de travail collaboratif proposés dans son environnement de travail, ou être force de proposition pour outiller la collaboration de façon adaptée aux besoins
  • mener une veille dans le domaine qui le concerne en s’appuyant sur les possibilités offertes par le numérique pour la rendre efficace et efficiente
  • être un interlocuteur averti pour discuter des choix ou établir un cahier des charges relatif au système d’information et plus largement à l’environnement numérique de travail (niveau 2)
  • contribuer à la stratégie de communication par sa connaissance des pratiques numériques associées à la communication (C2i2forcom)